BornToBe Around The World

Site perso de BTB
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Articles d'intérêt - Artículos de interés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BornToBe
Français(e)
Français(e)
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 33
Localisation : Madrid
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Articles d'intérêt - Artículos de interés   Ven 1 Déc - 14:55

Like a Star @ heaven ECONOMIE - Chine Like a Star @ heaven
Source : Reuters, 01/12/06

Histoire de mieux comprendre la situation économique chinoise, et pourquoi sa croissance est intéressante non-seulement pour elle, mais aussi pour les autres...

Citation :
L'excédent commercial de la Chine n'est pas 100% chinois

Le "Made in China" ne cesse de gagner des parts de marché dans le monde entier depuis 2001, mais ce boom continue de profiter d'abord aux groupes étrangers, soulignent des spécialistes de l'économie chinoise.

La Chine a détrôné depuis 2004 le Japon du troisième rang des pays exportateurs mondiaux et se classe désormais derrière les États-Unis et l'Allemagne.

L'excédent commercial chinois a fortement augmenté en octobre avec un bond de près de 30% des exportations.

Aujourd'hui, 13% des importations européennes hors UE proviennent de Chine continentale, soit cinq points de plus qu'en 2001 - année d'adhésion de Pékin à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) - tout comme 15% des importations américaines (+6,0 points).

On le constate dans les rayons de tous les magasins, la machine économique chinoise ne cesse de gagner des parts de marché dans le textile (+10 points entre 1995 et 2004 pour atteindre 21% des exportations mondiales), dans l'électronique (14% des exportations mondiales, cinq fois plus qu'en 1995), dans les machines d'équipements (5% des exportations mondiales en 1995 et 13% en 2004), sur le marché du jouet, dont elle assure environ 70% de la production mondiale, et maintenant dans l'imprimerie avec l'apparition de beaux livres pour enfants.

Mais cette déferlante du "Fabriqué en RPC (République populaire de Chine)", qui s'est encore accélérée en 2005 avec une nouvelle levée de quotas, est loin d'être 100% chinoise. "Quand on regarde les statistiques des exportations par type d'entreprise, on constate que la croissance des parts de marché des produits chinois ne reflète pas une montée en puissance des entreprises chinoises, mais en fait celle d'entreprises étrangères", souligne (a déclaré Johanna Melka, économiste chez Ixis-Cib.

"Grosso modo, 50% des exportations chinoises sont le fait de sociétés partiellement à capitaux étrangers", précise Jean-Charles Sambor, économiste à la Société générale.

UN PAYS-USINE PEU COMPETITIF, SAUF POUR LES ETRANGERS

Les Occidentaux restent encore très sous-représentés, mais grand groupes et PME semblent résolus à corriger rapidement le tir. La multiplication des sites internet référençant les fournisseurs chinois prêts à fabriquer pour l'export n'importe quel type de produit ou presque, même au coup par coup, traduit l'ampleur du mouvement.

Sous la pression des clients ou alléchés par des marges bien plus juteuses, les entrepreneurs se ruent malgré la distance sur ce pays-usine où la monnaie est sous-évaluée, les salaires au moins dix fois moins élevés qu'en France et où toute délocalisation peut permettre d'économiser entre 30 et 80% sur les coûts.

Les entreprises étrangères pionnières dans ce domaine restent avant tout asiatiques, proximité géographique oblige.

"Les IDE (investissements directs étrangers) dans l'économie chinoise proviennent pour 10% du Japon et pour 8% de Corée", souligne Johanna Melka. "Les groupes japonais et coréens se demandaient où produire leurs articles moins cher. L'entrée de la Chine à l'OMC, en facilitant l'exportation des produits chinois dans le monde, est tombée à point nommé: de surcroît, le pays offre le potentiel futur d'un marché intérieur très important."

"Ce ne sont donc pas les entreprises chinoises qui sont les plus dangereuses", ajoute-t-elle. Selon Ixis-Cib, leur part de marché dans le commerce mondial stagne à 2% depuis dix ans.

Les coûts salariaux très bas sont d'ailleurs en partie compensés par une compétitivité toujours à la traîne, malgré des gains de 9% par an depuis 2003. Sa puissance à l'export n'a pas empêché la Chine d'être rétrogradée du 48e au 54e rang mondial dans le dernier classement mondial de la compétitivité établi par le Forum économique mondial de Davos.

"La Chine est une plateforme de montage pour les sociétés étrangères. Les composants sont importés, et si l'on regarde la valeur ajoutée des produits 'Made in China', elle n'est pas essentielle par rapport à d'autres pays d'Asie qui interviennent dans le processus", estime Melka.

S'il reste un sujet politique sensible, ce mouvement n'est pas récent. Il a coïncidé avec la libéralisation des règles du marquage d'origine, devenu facultatif dans les années 1990 sous l'impulsion de Bruxelles et de l'OMC pour favoriser les échanges au sein de l'Union européenne et la mondialisation du commerce.

Le "Made in China" progresse ainsi souvent masqué. Une assiette produite en Chine, mais décorée au Pakistan, sera estampillée "Made in Pakistan" si elle est décorative, un téléviseur assemblé à Taïwan sera étiqueté "Made in Taïwan" si ses composants chinois représentent moins de 55% du prix départ usine et un pantalon fabriqué dans l'Hexagone avec du tissu chinois pourra porter la seule mention "confectionné en France".

"Cela ne veut pas dire que la Chine n'en profite pas, et on ne peut plus seulement parler d'un phénomène d'atelier et de simple commerce de réexportation", nuance Sambor. "Il ne faut surtout pas oublier non plus que l'excédent commercial est une caractéristique relativement récente de l'économie chinoise, et que le pays accuse sinon un déficit avec tous les autres pays d'Asie."

_________________
"L'omnipotence du présent annihile le passé et transcende le futur"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobedech.free.fr
BornToBe
Français(e)
Français(e)
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 33
Localisation : Madrid
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Articles d'intérêt - Artículos de interés   Mar 5 Déc - 23:51

Like a Star @ heaven MEDIAS - France Like a Star @ heaven
Source : Associated Press, 05/12/06

Peut-être très intéressant, surtout pour les expatriés.


Citation :
France 24 rejoint le club des chaînes d'information internationales


CNN, BBC World, Al-Jazira... et maintenant France 24. Le paysage
audiovisuel mondial va accueillir une nouvelle chaîne internationale
d'information en continu à partir de mercredi 20h29. D'abord diffusée sur
Internet pendant 24 heures, elle émettra dès jeudi soir en France, en Europe,
en Afrique et au Moyen-Orient.

Le 7 mars 2002, le président Jacques Chirac avait plaidé pour la création d'une
«grande chaîne d'information internationale en français, capable de rivaliser
avec la BBC ou CNN», jugeant que c'était «essentiel pour le rayonnement» du
pays.

En décembre 2004, c'est un partenariat public-privé proposé par TF1 et France
Télévisions qui a été choisi par le gouvernement, avec un budget assuré par
l'Etat de 80 millions d'euros par an.

Deux ans plus tard, c'est parti pour la petite nouvelle. France 24 sera dans un
premier temps lancée mercredi soir à partir de 20h29 exclusivement sur
Internet. Des émissions exceptionnelles seront diffusées et le président
Jacques Chirac devrait intervenir à l'antenne. La chaîne commencera à émettre
dès le lendemain soir à la même heure sur le câble et le satellite en français
et en anglais.

Il s'agira de la première chaîne diffusée en deux langues dès son démarrage,
puis en trois en 2007, avec le canal arabe. La version espagnole est programmée
dans trois ans. Avec une programmation 24 heures sur 24, son antenne sera
partagée entre l'actualité, les reportages et le décryptage, avec des
programmes actualisés en permanence. Le contenu sera identique dans les
différentes langues, avec exceptionnellement le recours à la traduction.

L'équipe rédactionnelle va être composée de 170 journalistes de 28 nationalités
différentes. Les images produites par France 24 représenteront environ un tiers
de l'antenne. Un autre tiers doit être produit par les journalistes de TF1 ou
France Télévisions, et le reste par des partenaires comme l'Agence France
Presse, RFI, RFO ou des agences d'internationales d'information.

Grâce à la couverture par satellite et les accords de distribution conclus avec
des opérateurs commerciaux, près de 75 millions de foyers, dans plus de 90
pays, pourront recevoir la chaîne. En France, elle ne sera pas disponible sur
la TNT, mais diffusée par TPS, CanalSatellite, Noos/Numéricâble et Erenis. Aux
Etats-Unis, sa version anglaise sera d'abord disponible sur le réseau câblé
numérique Comcast à Washington, ainsi qu'aux Nations unies à New York.

Dans sa charte, France 24 ambitionne de «couvrir l'actualité avec un regard
français» et de «véhiculer partout dans le monde les valeurs de la France».
Elle réaffirme également son indépendance à l'égard de l'Etat. «Nous restons
impartiaux en tout. Nous ne sommes la voix de personne» et «nous ne sommes
influencés par aucun gouvernement, par aucun parti politique ou lobby»,
assure-t-elle.

Toutes les heures, un journal de dix minutes sera présenté en direct, renouvelé
si l'actualité l'exige et rediffusé à la demi-heure avec un rappel des titres
au quart d'heure dans la tranche du matin (6h-9h) et du soir (19-23h). Côté
magazines, France 24 va s'investir dans une large palette de domaines, de
l'environnement à l'humanitaire, en passant par la politique, la santé, le
futur ou les opinions. Quatre talk-shows seront également proposés.

L'ensemble des vidéos diffusées à l'antenne sera proposé gratuitement sur le
site Internet. Le dernier bulletin d'information démarrera automatiquement à la
première visite. AP

Sur le Net: www.france24.com

_________________
"L'omnipotence du présent annihile le passé et transcende le futur"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobedech.free.fr
Nithael
Français(e)
Français(e)
avatar

Nombre de messages : 639
Age : 33
Localisation : Dublin...
Date d'inscription : 06/04/2006

MessageSujet: Re: Articles d'intérêt - Artículos de interés   Mer 6 Déc - 11:30

Je ne regarde plus la TV...
Alors...m'en fou un peu...mais pour les autres cela est vraiment pas mal...

- Nithael -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BornToBe
Français(e)
Français(e)
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 33
Localisation : Madrid
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Articles d'intérêt - Artículos de interés   Mer 6 Déc - 14:58

Ben pour moi c'est un peu pareil, mais c'est intéressant de savoir qu'une chaîne d'information en continu et en français existe et est accessible depuis presque partout dans le monde, au cas où...

BTB ¤ Qui s'est aussi blasé de la tv espagnole...

_________________
"L'omnipotence du présent annihile le passé et transcende le futur"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobedech.free.fr
Nithael
Français(e)
Français(e)
avatar

Nombre de messages : 639
Age : 33
Localisation : Dublin...
Date d'inscription : 06/04/2006

MessageSujet: Re: Articles d'intérêt - Artículos de interés   Ven 8 Déc - 11:36

Moi je n'ai que 4 chaines dont 3 fois la meme...dc plus que 2...

- Nithael - J'aime bien les clips au matin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BornToBe
Français(e)
Français(e)
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 33
Localisation : Madrid
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Articles d'intérêt - Artículos de interés   Lun 11 Déc - 17:53

Like a Star @ heaven CULTURE - Etats-Unis Like a Star @ heaven
Source : Associated Press du 11/12/06


Citation :
L'histoire méconnue des «crypto-juifs» du Nouveau-Mexique


Certains habitants du Nouveau-Mexique, officiellement chrétiens, suivent des traditions judaïques: ils seraient les descendants de juifs d'Espagne convertis de force au catholicisme à la fin du XVe siècle, qui auraient continué à pratiquer secrètement leur foi originelle.

Quelques semaines après avoir pris ses fonctions d'historien du Nouveau-Mexique, dans le sud-ouest des Etats-Unis, Stanley Hordes a commencé à recevoir d'étranges visiteurs dans son bureau de Santa Fe, qui lui faisaient des révélations sur leurs voisins: «untel allume des bougies le vendredi soir», «untel ne mange pas de porc»...

Intrigué, Hordes a commencé à sillonner les villages ruraux pour interroger les «viejitos», vieux habitants hispanophones dont les familles vivent dans l'Etat depuis des générations.

Bien que manifestement catholiques, ceux-ci suivaient des traditions du judaïsme, a-t-il découvert avec étonnement. Certains expliquaient simplement suivre la coutume familiale, mais d'autres déclaraient sans détour être juifs. Pourtant leurs villages étaient construits autour de chapelles catholiques, pas de synagogues, ils ne connaissaient pas la Torah et ne savaient pratiquement rien de la religion juive.

Un quart de siècle plus tard, Hordes a une explication sur la présence de ce «crypto-judaïsme» au Nouveau-Mexique. En 1492, les juifs d'Espagne ont été contraints de choisir: se convertir au catholicisme ou quitter le pays. Beaucoup sont partis, allant jusqu'à Istanbul, Londres ou Le Caire. D'autres ont simplement accepté d'abjurer leur foi.

Mais certains des nouveaux convertis ont en fait continué à pratiquer le judaïsme en secret. L'Inquisition espagnole a cherché à les identifier et à les punir. On a découvert quelques communautés de ces «crypto-juifs» qui ont survécu dans la péninsule ibérique et sur le continent américain pendant des siècles, cachant leur véritable identité religieuse à leurs voisins et à l'Eglise catholique.

Dans un livre publié en 2005, «To the End of the Earth: A History of the Crypto-Jews of New Mexico» (»Vers le bout du monde: une histoire des crypto-juifs du Nouveau-Mexique»), Hordes suggère que nombre de ces apostats ont gagné la frontière nord de l'empire colonial espagnol, où il était plus facile d'échapper à l'autorité de l'Eglise et de l'Etat.

Là, ils ont continué à pratiquer leur foi originelle clandestinement en se fondant dans la culture catholique. «Ils étaient invisibles», souligne Hordes.

Mais ce secret qui les a protégés a aussi fini par les couper de leurs racines spirituelles. Ils n'avaient pas de synagogue, de Torah ou de lien avec la culture juive dans le reste du monde. Ils étaient immergés dans la culture catholique avec ses propres traditions.

Si bien qu'au XXe siècle, il ne leur restait plus que quelques coutumes inspirées du judaïsme et le vague sentiment chez les plus âgés d'être juifs.

Sonya Loya, qui a grandi dans la ville catholique de Ruidoso, déclare s'être toujours sentie juive. Elle a commencé à observer le shabbat il y a six ans lorsqu'elle a appris l'histoire de ses origines, mis au jour par Hordes et d'autres chercheurs. En 2004, son père a donné son assentiment à sa conversion au judaïsme et lui a révélé qu'il avait des ascendants juifs. Un oncle revenu de la Seconde Guerre mondiale a raconté avoir vu le nom de la famille dans une liste de détenus des camps de concentration.

Bill Sanchez, un prêtre catholique de la région, a fait analyser son ADN, examen qui a révélé qu'il possédait une série de marqueurs génétiques sur son chromosome Y, présents chez 30% des hommes juifs. Se sentant juif depuis toujours, il a embrassé cet héritage. Il porte autour du cou une étoile de David à côté de son crucifix. «Nous sommes déjà juifs, nous n'avons pas besoin de le devenir», dit-il.

Les crypto-juifs du Nouveau-Mexique ont une relation inconfortable avec ce passé en partie enfoui. S'ils proclament leur judéité sur la base d'un héritage revendiqué, ils n'ont aucun moyen de le prouver. «On a des indices, mais au n'aura jamais la preuve», estime Mme Loya.

_________________
"L'omnipotence du présent annihile le passé et transcende le futur"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobedech.free.fr
BornToBe
Français(e)
Français(e)
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 33
Localisation : Madrid
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Articles d'intérêt - Artículos de interés   Lun 18 Déc - 1:20

Like a Star @ heaven POLITIQUE - Europe Like a Star @ heaven
Source : Reuters du 14/12/06

Intéressant pour comprendre la politique européenne actuelle, et voir comment elle peut égalment se montrer hypocrite et manipulatrice, dans le cas de la Turquie, par exemple.

Citation :
Un sommet européen débarrassé du spectre turc

Débarrassés de la menace de crise sur la Turquie, les dirigeants européens tiennent ces jeudi et vendredi un sommet qui marquera le début d'une présidence allemande ambitieuse, notamment pour la Constitution européenne.

Les chefs d'Etat et de gouvernement se réunissent dans une atmosphère très différente de l'ambiance empoisonnée qui aurait prévalu si une solution n'avait pas été trouvée lundi dernier sur le dossier turc par les chefs de la diplomatie européenne.

En décidant un gel partiel des négociations d'adhésion pour sanctionner le refus de la Turquie d'ouvrir ses ports et aéroports au commerce en provenance de Chypre, le spectre d'un psychodrame entre les Vingt-Cinq, profondément divisés à l'origine sur ce sujet, a été écarté au sommet.

La réaction modérée d'Ankara, qui a regretté la décision mais a promis de poursuivre les pourparlers avec détermination, a d'ailleurs rasséréné l'UE, qui envisage d'ouvrir un chapitre de la négociation avant la fin de l'année, voire pendant le sommet, pour montrer que l'objectif de l'adhésion demeure.

Les dirigeants européens pourront donc se consacrer à un ordre du jour beaucoup moins contentieux.

Ils célèbreront d'abord l'arrivée toute proche de deux nouveaux pays, la Bulgarie et la Roumanie, le 1er janvier 2007.

"Cela va mettre un terme à un élargissement historique", a déclaré le président de la Commission, José Manuel Barroso.

Cela n'empêchera pas les dirigeants européens de démontrer qu'ils ont entendu le message de méfiance dans de nombreux pays de l'UE vis-à-vis d'un élargissement qui paraît sans fin, puisque les Balkans et la Turquie sont maintenant en lice.

"DES DOUTES À PRENDRE AU SÉRIEUX"

"Les doutes sont à prendre très au sérieux", a estimé lundi dernier le ministre français des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, selon lequel l'élargissement risque de s'arrêter si les préoccupations des citoyens ne sont pas rencontrées.

"Il faut leur montrer que le processus d'élargissement ne remettra pas en cause le modèle européen", a-t-il ajouté.

Le projet de conclusions du Conseil européen insiste donc sur la nécessité d'assurer le soutien de l'opinion publique et de maintenir la "capacité d'intégration" de l'Union, à savoir un financement soutenable et une réforme des institutions.

Cette formulation fait grincer des dents dans des pays comme la Croatie, qui se sentent pratiquement prêts à adhérer et ne veulent pas être otages de négociations internes aux Vingt-Cinq.

Mais, sur ce point, la chancelière allemande Angela Merkel est très décidée: elle veut relancer le processus constitutionnel torpillé par les "non" français et néerlandais lors de sa présidence de l'UE, au premier semestre de 2007.

L'affaire ne sera pas facile, comme le reconnaît l'ambassadeur allemand auprès de l'UE, Wilhelm Schönfelder.

"La situation politique n'est pas claire. Nous ne savons pas qui sera président en France, qui sera premier ministre en Grande-Bretagne à l'été
2007", a-t-il récemment expliqué. Or, "ce problème ne peut être réglé qu'au plus haut niveau.

Les déclarations de campagne de la candidate socialiste à l'élection présidentielle, Ségolène Royal, remettant en cause l'indépendance de la Banque centrale européenne (BCE) ont également été mal reçues à Berlin, où un responsable a expliqué que cette indépendance était "sacro-sainte".

UNE CONSTITUTION AVANT LA MI-2009

En clair: si la France veut renégocier ce genre de dossiers qui n'avait pas été modifié par le projet de Constitution ou remodeler cette dernière en profondeur, rien ne sera possible.

L'objectif de l'Allemagne est de parvenir avant la fin de sa présidence à un consensus sur la marche à suivre pour que le nouveau traité puisse entrer en vigueur avant la mi-2009.

Les autres priorités allemandes figureront également à l'ordre du jour du sommet européen de jeudi et vendredi.

Les dirigeants européens s'engageront - une fois de plus - à trouver des solutions communes au problème de l'immigration, notamment en créant un réseau de patrouilles maritimes pour surveiller les frontières du Sud de
l'Union.

"Il s'agit là d'un problème à dimension européenne auquel il faut apporter une réponse unie", a estimé Barroso.

Mais le maintien du droit de veto dans ce dossier - notamment à l'insistance de l'Allemagne - reste un problème qui freine la prise de décisions au niveau européen.

L'autre grand dossier est la création d'une politique commune de l'énergie mais, là aussi, des blocages subsistent, notamment pour défendre les champions nationaux.

La Commission proposera en janvier un ensemble de mesures pour parfaire la libéralisation du marché intérieur de l'énergie et les Vingt-Cinq doivent définir en mars ce qu'ils feront pour l'après-Kyoto en matière de réduction des émissions polluantes responsables du réchauffement climatique.

_________________
"L'omnipotence du présent annihile le passé et transcende le futur"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobedech.free.fr
BornToBe
Français(e)
Français(e)
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 33
Localisation : Madrid
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Articles d'intérêt - Artículos de interés   Mar 17 Avr - 12:38

Like a Star @ heaven CULTURE - France Like a Star @ heaven
Source : Le Monde du 04/04/07

Article intéressant sur la prestigieuse Magnum, la première coopérative de photographe à voir le jour, et qui plus est, fondée par les meilleurs photographes de l'époque, et sur ce qu'elle est devenue.
Je laisse par ailleurs le lien vers le site officiel ici.


Citation :
Le collectif Magnum fête ses 60 ans

Elle est la seule agence de photographes de stature mondiale à être restée indépendante. Magnum entend donc célébrer ses 60 ans comme il se doit. Ce sera le 17 avril. En attendant, on peut découvrir dix de ses membres dans une exposition à la Cinémathèque française, qui ouvre le mercredi 4 avril à Paris sous le titre "L'Image d'après". Mais pour durer, Magnum a beaucoup changé en 60 ans : le nombre de photographes est passé de 4 à 70 environ ; son esthétique et ses domaines d'intervention se sont élargis.

Magnum a été créée en 1947 par quatre photographes parmi les meilleurs au monde - Henri Cartier-Bresson (HCB), Robert Capa, David Seymour et George Rodger -, qui ont imaginé une coopérative franco-américaine vouée à défendre leur travail face aux magazines comme le Life américain.

Si Capa et HCB débattaient déjà des tensions entre art et photojournalisme, la presse était alors le client privilégié de Magnum, chacun prenant le pouls de l'actualité mondiale, dans un climat visuel humaniste, imposant un style harmonieux en noir et blanc. Ce style a été adopté par la plupart des photographes qui ont intégré l'agence jusqu'aux années 1980 : Davidson, Burri, Freed, Depardon, Peress, Gruyaert, Koudelka, Meiselas... Mais pas mal de courants esthétiques stimulants ont été laissés sur la touche : des coloristes américains tel Stephen Shore, la veine intimiste ou fictionnelle développée par des artistes comme Nan Goldin, les tenants du constat sous la forme de séries typologiques.

L'intégration, en 1994, de l'Anglais Martin Parr marque un tournant. Ce dernier fuit l'humanisme en noir et blanc pour imposer un regard coloré et féroce sur la société de consommation. Les gardiens du temple de Magnum se sont indignés. Guerre de tranchées. "Ce débat a été crucial pour notre existence. Il nous a permis d'évoluer", résume Martin Parr.

IMAGES GRANULEUSES

Depuis, d'autres photographes, proches de Parr mais aussi du monde de l'art contemporain, sont arrivés. Parmi eux, l'Irlandais Donovan Wylie, dont le style emprunte à l'école allemande du constat. L'Américain Jim Goldberg mêle images et textes. Son compatriote Bruce Gilden transforme la rue en théâtre baroque.

Un temps jugée dépassée, Magnum recommence à attirer les photographes parmi les plus intéressants du moment. Tel Alec Soth, dont les paysages poétiques et silencieux sont exposés dans des musées. "Je viens du monde de l'art, mais je ne lui fais pas confiance, explique Alec Soth. Magnum me permet de toucher à autre chose."

Autre arrivée remarquée, celle d'Antoine d'Agata, qui a imposé ses images granuleuses de dérives nocturnes. "Je ne suis pas rentré à l'agence pour le mythe, mais parce que je suis attaché à la photo documentaire, confie-t-il. Magnum est le lieu idéal pour s'y confronter."

L'opposition entre anciens et modernes s'est peu à peu tassée, même si Philip Jones Griffiths, célèbre pour ses photos en noir et blanc de la guerre du Vietnam, continue de pester en solo. "Notre esprit a disparu. L'agence est coupée entre le vrai Magnum et Magnum Light, vendu au monde de l'art, dont le seul objectif consiste à atteindre gloire et fortune."

La presse "ne représente plus que 50 % du chiffre d'affaires", dit Julien Frydman, le directeur de l'agence. Ce qui n'empêche pas de solides photoreporters tels Thomas Dworzak, Alex Majoli ou Paolo Pellegrin de continuer à couvrir l'actualité. La presse, en crise, laisse de plus en plus la place au département culturel, chargé des expositions, éditions et vente de tirages aux collectionneurs (30 % du chiffre d'affaires).

"UN ORCHESTRE DE SOLISTES"
Il n'y a donc plus une identité Magnum, mais "un orchestre de solistes", dit joliment Diane Dufour, directrice des projets spéciaux. C'est un "espace de liberté rare", défend Antoine d'Agata, où la rentabilité n'est pas le critère premier. Un "outil", ajoute François Hébel, directeur de l'agence de 1988 à 2000. En conséquence, il n'y a pas de vie de groupe - difficile à soixante-dix -, hormis l'assemblée annuelle qui décide du recrutement. "Nous sommes tout seuls, ensemble", confirme le photographe Jean Gaumy. Cette diversité des regards est la clé de l'indépendance. Quatre-vingts salariés, répartis dans les bureaux de Paris, New York, Londres et Tokyo sont chargés de "vendre" les projets des photographes pour la presse, le département culturel ou à des entreprises.

Une chose surprend dans cette agence à forte image culturelle où près de 50 % des gains viennent de la vente de photos d'archives : elle reste discrète sur la répartition de l'argent entre la structure et le photographe et ne donne pas son chiffre d'affaires annuel. " Notre équilibre est précaire", dit juste Julien Frydman.

_________________
"L'omnipotence du présent annihile le passé et transcende le futur"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobedech.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Articles d'intérêt - Artículos de interés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Articles d'intérêt - Artículos de interés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plein d'articles très intéressants
» Articles intéressants sur le comportement canin
» Eclosion artémia
» Elevage artémia
» ???? sera artémias mix ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BornToBe Around The World :: Forum :: Le Monde, El Mundo, The World :: Around The World-
Sauter vers: